Quels EPI pour le métier d'électricien ? – FIP Center le blog

Découvrez la gamme de vêtements U-POWER  >>>

Quels EPI pour le métier d’électricien ?

Même si leur nombre est heureusement en déclin, les accidents du travail liés à l’électricité sont encore trop nombreux. Outre l’adoption de mesures de sécurité à l’échelle de l’entreprise, le port d’EPI (Equipement de Protection Individuelle) est obligatoire pour protéger les électriciens sur leur lieu de travail. Que dit la loi en la matière ? Quels sont les EPI que doit porter l’électricien ?

epi-electricien


Kit de protection de l’électricien : les EPI composant sa tenue

Tous les électriciens ne font pas le même métier au quotidien. Certains travaillent par exemple dans des bâtiments tandis que d’autres évoluent sur des chantiers de construction. On comprend donc aisément que le danger électrique auquel ces professionnels sont exposés lors de leur mission diffère. Il est donc impératif d’adapter la liste des EPI obligatoires à la nature des travaux réalisés.

Les équipements de protection individuelle peuvent donc être légèrement différents d’un professionnel de l’électricité à un autre. Toutefois, ils auront tous pour objectif de protéger la tête, les yeux, le système auditif, la main et les pieds contre le risque électrique.

Ces produits peuvent également présenter une norme additionnelle. Ainsi, ils peuvent être haute visibilité ou encore contre les risques de chute. Bien évidemment, dans tous les cas, le kit de protection est impérativement isolant vis-à-vis du risque électrique.

Enfin, il est bon de rappeler que le niveau de protection de chaque EPI se caractérise par une classe (Classe I, Classe II ou Classe III).

Les vêtements de travail

Les vêtements de travail ont pour objectif de protéger la personne qui les porte contre les risques de blessures ou contre d’éventuelles douleurs. Parmi ceux-ci, on trouve notamment du pantalon de travail, du blouson, de la veste sans manche, de la cotte, du sous-pull antistatique ou encore de la combinaison.

Bien évidemment pour protéger efficacement contre le risque électrique même quand il n’y a plus de tension dans les fils,  ces vêtements répondent tous sans exception à la norme EN 340. Ainsi, ils ne contiennent aucun élément conducteur, en particulier tout ce qui est métal. Les vêtements pour ces professionnels sont à la fois isolants et ininflammables. Ils sont généralement constitués de coton ignifugé, mais peuvent également comprendre d’autres matériaux aux propriétés similaires.

En dehors de cette norme, d’autres peuvent s’ajouter, notamment pour protéger le travailleur contre un risque spécifique. Dans ce cas, on parle de norme additionnelle. Ainsi, une personne qui évolue à proximité du réseau routier doit être équipée avec des vêtements haute visibilité. Ces mêmes vêtements peuvent également être prévus contre le froid ou encore contre la pluie. Par ailleurs, pour les professionnels qui sont régulièrement amenés à être à genoux, certains pantalons intègrent des genouillères pour parer à de futures douleurs articulaires.

Les gants pour protéger les mains

Les gants font partie des équipements de protection individuelle rendus obligatoires par le Code du Travail en France. Toutefois, comme pour les vêtements, les bottes et autres accessoires composant le kit de sécurité, le choix du gant est dicté par des normes très strictes.

En effet, le gant doit être parfaitement isolant. Ainsi, ce gant garantit des conditions de travail parfaitement sécurisées à l’électricien qui le porte. C’est également la raison pour laquelle chaque gant doit être inspecté régulièrement et changé tous les six mois s’il n’est plus isolant.

Toutefois, la protection des mains des électriciens ne se limite pas aux risques électriques. En effet, ce professionnel peut être amené à utiliser toutes sortes d’outils pour couper des câbles électriques ou scier une goulotte. La paire de gants peut donc également couvrir d’autres risques en étant par exemple prévue pour l’hiver, anti-coupure ou encore anti-perforation.

Pour résumer, l’électricien peut, selon l’intervention électrique qu’il effectue, porter des :

  • gants isolants : il s’agit généralement de gants enduits qui préservent la dextérité et autorisent les travaux fins ;
  • gants contre les risques mécaniques.

Le casque isolé pour protéger la tête

Parmi la longue liste des risques auxquels est exposé le technicien, on oublie souvent ceux liés à la chute d’objets. Pourtant, ce travailleur doit porter un casque adapté pour éviter les dangers liés à :

  • la chute d’un objet, par exemple sur un chantier de construction ;
  • un choc à la tête, en particulier en intérieur ;
  • un risque de chute d’une hauteur supérieure à 3 mètres ;
  • un contact électrique.

Dans ce cas, l’EPI obligatoire est un casque isolant et antichoc (norme NF EN 397) ne présentant aucune aération et aucun élément conducteur d’électricité comme les métaux.

Pour protéger la tête de manière efficace, il est important de choisir un casque à la bonne taille. Par ailleurs, un tel casque a une durée de vie limitée. Celle-ci est notifiée par le constructeur et correspond à des conditions normales d’utilisation et d’entreposage.

A l’approche de la date butoire ou si l’équipement présente manifestement un défaut, celui-ci doit impérativement être remplacé pour un produit neuf.

A noter que l’électricien peut être amené à réaliser des chantiers délicats impliquant le port d’un casque isolant avec jugulaire. C’est le cas des lignards.

EPI pour les yeux et le visage

Le kit  indispensable au technicien peut également intégré un certain nombre d’EPI pour les yeux et le visage. En effet, une exposition du système oculaire à un arc électrique est loin d’être anodine.

Lorsqu’un arc électrique se produit, il se dégage une forte luminosité. Mais, outre le rayonnement visible, ce qui est le plus à craindre, ce sont les rayons que notre œil ne perçoit pas, les ultraviolets (UV). Ceux-ci peuvent provoquer de graves lésions irréversibles.

Pour s’en prémunir, le technicien doit donc porter un écran facial anti UV. Celui-ci est souvent en polycarbonate, un matériau léger et transparent qui filtre efficacement les rayons UV émis par un arc.

Le port d’un écran facial anti UV est obligatoire notamment lors des procédures de consignation (mise sous tension) et de déconsignation (mise hors tension), des contrôles ou encore de l’installation des dispositifs de mise à la terre.

Selon la mission qu’il réalise, il peut également avoir besoin de porter des lunettes ou des surlunettes. Celles-ci répondent à un certain nombre de normes en matière de protection oculaire sur le lieu de travail.

Protection respiratoire

Lors de la réalisation de certains travaux, un masque jetable norme EN 149 peut être nécessaire. C’est notamment le cas quand :

  • une installation électrique nécessite d’effectuer des perçages. Le but est d’éviter toute inhalation de poussière ;
  • l’électricien travaille sur un chantier où interviennent d’autres professionnels. Cette fois, il s’agit de se protéger de la toxicité de certains produits et solvants pouvant se retrouver sous forme gazeuse dans l’atmosphère.

Chaussures de sécurité pour l’électricien

Quand on évoque le domaine de l’électricité, les mains et les pieds figurent parmi les zones du corps humain les plus exposées. Comme pour les gants, il est donc essentiel pour le professionnel de porter des chaussures de sécurité isolantes.

Pour éviter que celles-ci ne soient conductrices de l’électricité, elles sont réalisées sans aucun matériau conducteur. Les métaux sont logiquement proscrits. En revanche, le caoutchouc et les matériaux de synthèse sont largement privilégiés. En outre, ces bottes ou baskets de sécurité sont également anti-perforation et avec embout renforcé (coquille sans métal).

Selon le type de chantier, le technicien peut être exposé à d’autres dangers comme la chute d’objet ou le risque de perforation de la semelle. Ainsi, en fonction de l’environnement de travail, le port de chaussures de sécurité antistatiques peut être nécessaire. De la même manière, de nombreuses normes additionnelles permettent de couvrir toutes les situations (chaussures pour travail en milieu froid, chaussures pour l’intérieur, etc).

Enfin, les chaussures de sécurité ne sont pas nécessairement synonymes de bottes. Les chaussures se déclinent en effet dans une vaste gamme de modèles (chaussures basses, baskets, etc), mais également dans de nombreux coloris, en fonction de vos envies. La basket est largement plébiscitée par les professionnels qui interviennent uniquement en milieu sec car elles sont bien plus confortables à l’usage qu’une paire de bottes.

Prévention antichute

A la longue liste composant le kit de l’électricien, il faut parfois ajouter un équipement de protection individuelle contre les chutes. En effet, certains techniciens sont amenés à évoluer en hauteur, notamment sur les chantiers de construction ou pour effectuer des missions de maintenance du réseau électrique.

Pour sécuriser chaque intervention électrique en hauteur, l’utilisation d’un équipement adéquat s’impose. Celui-ci se compose d’un harnais de sécurité, d’une longe avec absorbeur de choc et de mousquetons.  L’ensemble de ce matériel doit faire l’objet d’un contrôle systématique avant chaque utilisation.

Pourquoi les EPI sont-ils obligatoires et gratuits pour l’employé ?

Tous les électriciens utilisent des équipements de protection individuelle, notamment des casques de chantier ou encore des chaussures isolantes. En effet, le code du travail français stipule que l’employeur doit mettre en place des mesures préventives afin de limiter l’exposition de ses employés aux dangers inhérents à leur profession.

EPI, la protection ultime du technicien en électricité

La mise en place des mesures préventives implique donc que l’entreprise a, au préalable, réalisé une évaluation des risques pour chaque poste occupé. L’objectif est de définir les mesures de prévention permettant de réduire les accidents du travail.

Toutefois, une fois que ces mesures préventives sont en place, tous les dangers ne sont pas écartés pour autant. En effet, dans le domaine de l’électricité, les salariés sont amenés à évoluer sur de nombreux chantiers en dehors de l’entreprise. De fait, il est impossible de pouvoir gérer les situations accidentogènes aussi efficacement que cela pourrait l’être au sein des locaux de la structure.

Seul le port des équipements de protection individuelle permet d’assurer la sécurité des techniciens en électricité, tout du moins, de considérablement réduire la probabilité d’un accident du travail. Les EPI sont donc la protection ultime du technicien en d’électricité.

Une obligation de mise à disposition gratuite

Une directive européenne reprise en droit français oblige donc le dirigeant à fournir des gants, des casques isolés ou encore des chaussures de sécurité à chaque membre de son personnel. Les obligations du chef d’entreprise ne s’arrêtent pas là puisque cette mise à disposition doit se faire à titre gratuit. Pas question de retirer le prix de ces équipements du salaire.

Bien évidemment, pour garantir leur efficacité, il est impératif de fournir des produits qui soient adaptés à la taille et à la morphologie de chaque travailleur. Des vêtements trop grands par exemple pourraient même être à l’origine d’un accident ou d’une chute.

Enfin, l’employeur doit procéder au remplacement régulier des EPI défectueux, usés, endommagés ou dont la date limite d’utilisation arrive à son terme. Cette dernière implique des conditions normales d’entreposage (température, humidité, etc). Si celles-ci ne sont pas remplies, la longévité des gants, vêtements et autres accessoires peut être réduite de manière considérable.

Les obligations du salarié

Si les casques, lunettes et autres vêtements doivent être fournis gracieusement et en bon état, le technicien en électricité a également un certain nombre d’obligations.

La première d’entre elles est évidemment de porter effectivement les différents accessoires qui lui sont remis. Trop souvent, on déplore encore des accidents parfois graves. Ceux-ci auraient pu être évités si chaque élément composant le kit de protection de l’électricien avait été effectivement porté comme il se doit. Le non-respect du port d’un équipement alors que celui-ci est disponible et fourni par l’employeur peut avoir de fâcheuses conséquences, jusqu’au licenciement.

Partagez !
  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *